Accueil agenda

Les eaux sauvages (version duo)

Anne Sylvestre n’est pas une chanteuse pour les petits ! Son œuvre est gigantesque et s’adresse à toutes et à tous.

Le Vendredi 17 septembre à 20h

Un de ses grands thèmes – métaphore de la vie même – est l’eau, qui semble parcourir son paysage poétique du plus naïf au plus sophistiqué et de la frêle source au déluge. Olivier Hussenet a choisi d’en faire son vaisseau pour nous embarquer au fil de l’œuvre magnifique de la grande et regrettée Anne Sylvestre, disparue il y a quelques mois. Avec une simple bâche pour figurer la mer, les ruisseaux ou les larmes, il nous fait naviguer dans quelques-unes de ses chansons… hydrophiles !

Note d’intention

Reprendre des chansons d’Anne Sylvestre aujourd’hui.

Nous avons créé ce spectacle en 2017, après une résidence d’une semaine au Musée Dauphinois à Grenoble. Anne Sylvestre nous avait fait l’immense honneur et plaisir de venir nous entendre par deux fois, en 2017 (nous donnant quelques conseils très précieux) et en 2019, lorsque nous avons repris le spectacle au Hall de la chanson à la Villette, nous appelant Vladimir et moi « mes petits marins »…

Le 1er décembre 2020, j’ai appris avec une immense douleur qu’elle avait été emportée par les eaux du temps, et je dois avouer avoir accueilli l’annu - lation des représentations publiques des Eaux sauvages programmées à l’hiver avec un grand soulagement : je n’aurais pas été en mesure de chanter – j’ai d’ailleurs été incapable d’écouter une seule chanson d’Anne pendant deux mois.

Aujourd’hui, le désir de la chanter, de contribuer à porter une petite part de cette œuvre magistrale, est très fort, pour contredire sa disparition, pour la conjurer, la dissoudre. Dans les eaux d’Anne Sylvestre nous puisons aujourd’hui jusqu’aux larmes, qu’elle voyait comme armes de la consolation, tant elle scrutait l’âme humaine en tous ses versants.

J’ai rencontré Vladimir Médail il y a quelques années déjà, alors qu’il était encore (brillant) élève guitariste du Conservatoire de Paris, sur un projet mêlant cette grande école de musique au Conservatoire national supérieur d’Art dramatique où j’enseigne l’interprétation de chansons aux côtés de Serge Hureau. J’ai suivi de loin en loin son parcours de musicien de jazz et, à l’occasion d’une collaboration avec d’autres élèves comédiens, il m’est apparu qu’il était l’homme de la situation ! Ce projet l’a immédiatement emballé : voilà comment cette traversée a commencé.

Paroles & Musique : Anne Sylvestre

Pour aller retrouver ma source (©2000, D.R.)

Au bord des larmes (©1994, D.R.)

Laissez les enfants (©2007, D.R.)

Le Pont du nord (©1998, D.R.)

Le grand Alléluia (D.R.)

Le petit caillou des rêves (©1998, D.R.)

La Chanson de toute seule (©1959, Warner Chappell)

Maumariée (©1969, Éd. Alleluia)

Le Pêcheur de perles (©1967, Éd. Alleluia)

La Rochelle par la mer (©1965, Warner Chappell)

L’Enfant qui pleure au fond du puits (©1975, DR)

T’en souviens-tu la Seine ? (©1964, Warner Chappell)

Partage des eaux (©2000, D.R.)

Rien qu’une fois faire des vagues (©1985, D.R.)

Avec toi, le déluge (©2018, D.R.)

Le Lac Saint-Sébastien (©2000, D.R.) à Hélène Pedneault

Porteuse d’eau (©1959, Warner Chappell)

Mise en scène, chant, flûte basse : Olivier Hussenet [pour Le Hall de la chanson]

Co-mise en scène : Serge Hureau [pour Le Hall de la chanson]

Arrangements, guitares : Vladimir Médail

Lumières : Nils Morin [pour Le Hall de la chanson]

 

Production : Le Hall de la chanson

Ce spectacle a été créé en 2017, lors d’une résidence au Musée Dauphinois (Grenoble)

 

Spectacle

Les eaux sauvages (version duo)

Chansons hydrophiles d'Anne Sylvestre

VEN 17 Sep. 2021 — 20h

salle henri forgeard

Le Vendredi 17 septembre à 20h