Accueil agenda

Si l'Empereur m'était chanté...

Napoléon par Béranger

Dimanche 27 juin 

14h - 14h30 & 16h30

3 parades de 25 minutes chacune

 

Gratuit dans la limite de la jauge autorisée

Sur le parvis de la Grande Halle de la Villette

- Place de la Fontaine aux Lions, sous le Péristyle

 

Dans le cadre de l'exposition Napoléon (RMN - Grand Palais, La Villette)

Figure saillante de l’armée révolutionnaire qui prit la couronne des mains du Pape lors de son sacre d’Empereur, Napoléon Bonaparte est le personnage le plus contradictoire et le plus légendaire de l’histoire politique de la France. Rien d’étonnant à ce qu’il ait été le sujet principal d’un nombre considérable de chansons, du temps de son règne, et plus encore après ses défaites, son déclin et sa mort. L’auteur de chansons Pierre-Jean de Béranger, en son temps unanimement reconnu comme le « poète national », républicain convaincu vouant une grande admiration pour Napoléon, l’a évoqué dans plus d’une vingtaine de chansons (de 1814 à sa mort en 1857), par la bouche de personnages de soldats, de gens du peuple, de royalistes, de prostituées, d’une citoyenne âgée, d’un poète, d’un ange et d’un démon, mais aussi de la propre mère de l’Empereur, et de… Napoléon lui-même, dialoguant avec un enfant.

Ce spectacle musical fait théâtre d’un kaléidoscope chansonnier mêlant voix pour et contre Napoléon, pot-pourri étonnant accompagné par l’Orchestre de la Garde républicaine.

Chanson de l’oignon (chant militaire anonyme de la Révolution et du Premier Empire)

Le Sacre de Napoléon Carmagnole de Bonaparte (chant révolutionnaire, 1792)

Ôt’-toi d’là que j’m’y mette (1815)

Les Souhaits

Les Gaulois et les Francs (Pierre-Jean de Béranger, 1814, sur l’air de Gai ! gai ! marions-nous)

L’opinion de ces demoiselles (Pierre-Jean de Béranger, 1815, sur l’air de Nom d’un chien j’veut être épicurien)

Couplets sur la Journée de Waterloo (Pierre-Jean de Béranger, sur l’air de Muse des bois et des accords champêtres)

Complainte d’une de ces demoiselles (Pierre-Jean de Béranger, 1816, sur l’air de Faut d’ la vertu, pas trop n’en faut)

La cocarde blanche (Pierre-Jean de Béranger, 1816, sur l’air des Trois Cousines)

La vivandière (Pierre-Jean de Béranger, sur l’air de Wilhem)

Vieux Drapeau (Pierre-Jean de Béranger, sur l’air de Elle aime à rire, elle aime à boire)

Le Cinq mai (Pierre-Jean de Béranger, sur l’air de Muse des bois et des plaisirs champêtres)

Les Souvenirs du peuple (Pierre-Jean de Béranger, sur l’air de Passez votre chemin, beau sire. Leçon d’histoire)

Sainte-Hélène (Pierre-Jean de Béranger, sur l’air de La République)

Mise en scène et chant : Serge Hureau et Olivier Hussenet

Au chant : Alexandra Lacour, Arthur Goudal

accompagnés par un ensemble de l’Orchestre de la Garde Républicaine, dirigé par François Boulanger

Arrangements et orchestration : Cyrille Lehn

Décors et lumières : Jean Grison

Son : Nils Morin

Accessoires, costumes : Anne Leray

Production : Le Hall de la chanson

Pour la RMN - Grand Palais

Dans le cadre de l’exposition Napoléon à La Villette

 

 

Concert

Si l'Empereur m'était chanté...

Création - dans le cadre de l'exposition Napoléon

DIM 27 Jun. 2021 — 14h

hors-les-murs

Dimanche 27 juin 

14h - 14h30 & 16h30

3 parades de 25 minutes chacune

 

Gratuit dans la limite de la jauge autorisée

Sur le parvis de la Grande Halle de la Villette

- Place de la Fontaine aux Lions, sous le Péristyle

 

Dans le cadre de l'exposition Napoléon (RMN - Grand Palais, La Villette)