Au début du XXème siècle, le music-hall montre des femmes (chanteuses ou danseuses) dans une illusion de nudité par le subterfuge du collant « couleur chair ». Mais cet érotisme est présent dans la chanson depuis ses origines, travesti ou crûment exposé. 

On entendra dans ce spectacle musical aussi bien les chansons libertines du XVIIIe siècle, qu' "Ouvre" chantée par la sulfureuse Suzy Solidor dévoilant ici son homosexualité, ou des chansons des répertoires de Juliette, Jeanne Moreau, Clarika, Brassens, un poème de Verlaine mis en musique par Ferré…

Si les chansons de ce programme, de Voltaire à Clarika, s'affranchissent ici de tout puritanisme, elles ont pour point commun par leur grâce, de chanter la noblesse du corps et des sens. Ne figureront pas içi les répertoires égrillards, les "gauloiseries" - toute chanson qui prenne l'excuse de la dérision pour masquer leurs profondes misogynie ou homophobie. 

Les interprètes de ce spectacle, chanteurs comme musiciens, seront habillés de musique, de lumière et d’un pudique tulle de scène.

Spectacle déconseillé aux moins de 15 ans

Direction artistique : Serge Hureau (pour Le Hall de la chanson)

Direction musicale et arrangements : Grégoire Letouvet (des Rugissants)

Chant : Thylda Bares, Milena Csergo, Lucas Gonzalez et Olivier Hussenet (pour Le Hall de la chanson)

Musiciens : Grégoire Letouvet (piano, composition, direction), Léo Jeannet (trompette), Léo Pellet (trombone), Théo Philippe (sax alto), Rémi Scribe (sax ténor, sax soprane), Thibaud Merle (sax ténor, flûte), Corentin Giniaux (clarinette, clarinette basse), Raphaël Herlem (sax baryton), Alexandre Perrot (contrebasse), Jean-Baptiste Paliès (batterie)

Une coproduction Le Hall de la chanson / Les Rugissants

Article du Monde

Spectacle

Chansons nues

Chantées sans fard et sans vulgarité

Chansons nues